David, contremaître réseau

David Mabillard - contremaître réseau

Découvrez les métiers et les collaborateurs de l’esr qui contribuent chaque jour à votre confort. David nous parle de son métier de contremaître.

En quoi consiste ton travail ?

Mon travail se répartit en plusieurs phases. La première se passe au bureau, je planifie les travaux à effectuer sur le terrain. Je m’occupe de préparer les plans pour les introductions des nouveaux bâtiments ou les modifications du réseau existant. Je dois aussi gérer les équipes qui interviennent sur mon secteur. Il faut un bon sens des priorités pour gérer l’organisation des travaux ainsi que la répartition des équipes.

La deuxième partie se passe sur le terrain, j’effectue le suivi des chantiers avec le génie civil, je participe aux séances de chantier pour les nouveaux bâtiments et je suis les équipes qui évoluent tous les jours sur le terrain.
 

Qu’est-ce qui t’a motivé à devenir contremaître ?

Après avoir fait mon CFC, j’ai travaillé 3 ans en tant qu’électricien de réseau pour gagner en expérience professionnelle. 3 ans sont le minimum demandé pour se lancer dans des études plus poussées. J’ai eu par la suite envie de me perfectionner et d’approfondir mes connaissances en faisant un brevet fédéral de spécialiste de réseau et pouvoir postuler pour devenir contremaître au sein de l’entreprise. Le brevet dure 18 semaines réparties sur 2 ans. C’est une suite logique du CFC mais de manière bien plus pointue.
 

As-tu une expérience qui montre la particularité de ton métier ?

Même si les contremaîtres sont plus présents dans les tâches administratives, le suivi et le contrôle, nous intervenons sur le terrain lors de pannes. Nous apportons notre soutien aux collègues et également, si besoin, pour effectuer des travaux courants.

Par exemple en 2011, de grandes quantités de neige sont tombées et nous avons dû travailler durant une semaine et demie non-stop. Les équipes se sont relayées pour remettre en ordre les dégâts que les intempéries avaient causés. Les contremaîtres restent atteignables sur leur portable en dehors des heures pour intervenir dans les plus brefs délais.
 

Quelles perspectives d’évolution offre un brevet de spécialiste de réseau ?

Après le brevet, il est possible de faire une formation d’électricien de réseau avec maîtrise fédérale. On devient alors maître-électricien de réseau ce qui permet de devenir responsable de construction, de projet,… Après la maîtrise on peut toujours continuer en faisant une HES pour devenir ingénieur électricien, mais après on sort du domaine et on ne reste plus qu’au bureau.

Je trouve très intéressant que dans ce métier on puisse évoluer petit à petit et grimper les échelons, car arrivé au bout de l’échelle, on a une très grande expérience du métier et on peut occuper des places importantes au sein de l’entreprise comme par exemple chef de réseau.

 

Que dirais-tu à quelqu’un qui aimerait faire ce métier ?

C’est un métier intéressant car en devenant contremaître on gagne en liberté en ce qui concerne la gestion de son secteur d’intervention. Il faut être polyvalent car on n’est pas seulement au bureau et il faut savoir mixer les deux milieux. De plus, on gagne en responsabilité et c’est toujours très constructif de savoir que nos supérieurs croient en nous.

Contact esrx

Rue de l'Industrie 43
1951 Sion
027 324 01 11


Nous écrire

Nous trouver

Comment s'y rendre ?