Toutes les news

GOFLEX - utiliser les énergies renouvelables à bon escient

Bâtiment esr

Après avoir pris en main la consommation électrique de 200 maisons avec le projet SEMIAH, la HES-SO Valais-Wallis et esr passent la vitesse supérieure dans le projet GOFLEX qui a pour objectif d’agir non seulement sur les maisons mais également dans les entreprises et les stations de recharge pour véhicules électriques. Cette phase pilote où les consommateurs et entreprises délégueront leur gestion énergétique se déroulera jusqu’en 2019.

Avec l’accroissement de la production des nouvelles énergies renouvelables (solaire, éolien), les pays européens cherchent des solutions afin de résoudre différentes problématiques à savoir : la difficulté de prédire la production ainsi que la quasi-impossibilité de décider du moment de production. Deux solutions principales sont à l’étude ; la première consiste à stocker l’énergie (batteries, pompage-turbinage) permettant d’utiliser cette énergie en-dehors des heures de production et la seconde vise à décaler les périodes de consommation d’énergie de manière automatisée sans influencer le confort des clients. C’est cette deuxième solution qui a été retenue pour le projet GOFLEX. Ce projet, ayant obtenu une subvention européenne de 9 millions d'euros auxquels s’ajoutent 2.5 millions de CHF de la part de la confédération, regroupe 12 partenaires en provenance d’Irlande, de Slovénie, du Danemark, de Chypre, d’Allemagne et de Suisse. Les partenaires suisses, esr et la HES-SO Valais-Wallis ont un grand rôle à jouer dans le projet car la Suisse est le plus grand des 3 sites pilotes aux côtés de Chypre et de l’Allemagne.
 

Avec près de 700 producteurs d’énergie photovoltaïque, des usines hydro-électriques, de nombreuses PME et des entreprises de plus grande envergure situées dans la région, la zone de desserte de esr est un parfait terrain d’étude pour le projet GOFLEX. esr et la HES ont pour objectif d’installer un module de gestion électronique de la demande dans plus de 200 maisons individuelles, 10 entreprises et 10 stations de recharge pour véhicules électriques. Parmi les maisons individuelles, l’objectif est de réunir plus de 200 ménages équipés de solaire photovoltaïque, de pompes à chaleur, de chauffage électrique ou de véhicules électriques.
 

Le projet GOFLEX vise donc à développer un outil capable de mesurer, contrôler et commander intelligemment la consommation énergétique d’un logement, pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire, ainsi que des processus industriels flexibles, afin de mieux intégrer les énergies renouvelables dans le réseau lorsqu’elles sont produites, d’améliorer la stabilité de ce dernier et de valoriser la flexibilité. Tout ceci sans que l’utilisateur final n’ait d’action à entreprendre ni ne ressente de différences dans son habitat (changement important de température…). Le défi est important car suivant les modèles d’entreprises et de logements, il faudra adapter les stratégies.
 

La phase pilote se déroulera en plusieurs étapes : tout d’abord l’acquisition de maisons et d’entreprises prêtes à partager le pilotage énergétique de leurs infrastructures, ensuite l’installation des systèmes de gestion permettant de décaler la consommation durant l’été 2018 afin que tout soit en place pour octobre 2018. Cette phase se terminera fin 2019 et permettra d’effectuer un bilan chiffré sur le potentiel d’économies réalisées.  Si les résultats sont probants, elle devrait être suivie par une période supplémentaire de test de 2 ans,  à l’issue de laquelle esr espère la mise en place d’une solution commerciale. Des entreprises comme Provins, Zenhäusern, Biofruits et la SEP sont d’ores et déjà intéressées à participer.
 

La HES-SO Valais-Wallis jouera un rôle d’intégrateur, déployant les solutions techniques des autres membres du consortium GOFLEX, tout en développant conjointement avec esr des solutions informatiques pour récolter et analyser les données, ainsi que pour commander à distance les infrastructures concernées. Les données du projet seront stockées par esr et anonymisées  pour toute utilisation par les partenaires européens.
 

L’enjeu est doublement important pour esr. Avec la libéralisation du marché et l’autoproduction, l’entreprise doit aussi adapter ses modèles d’affaire et développer de nouveaux produits permettant d’être la plus attractive possible sur le marché. Le projet est l’occasion d’explorer les nouveaux besoins des clients avec le solaire et les voitures électriques. Ceci est une évolution pour esr qui ne peut plus se contenter de vendre et de distribuer de l’énergie comme par le passé mais doit offrir de nouveaux services à ses consommateurs, similairement aux services de fournisseur multimédia qui amenèrent la création de Net+. Ces services liés à la flexibilisation de la demande sont un élément clé de la transition énergétique.